Derniers articles

[Les rôles] Etre un (bon) Dominant

Le « jeu » consiste à « pousser » l’autre le plus loin possible. Les limites qui ont été définies entre le dominant et le soumis ne sont pas des frontières infranchissables, mais plutôt des jalons. Des points de repères. Seules les hards limites ne doivent pas être franchies. Il faut donc être fin psychologue pour savoir quand faire les choses et comprendre la réaction de son partenaire.

Suite »

Examen d’une séance BDSM

Dans le BDSM il y a sans doute autant de pratiquants que de façon de pratiquer : On peut jouer en privé, sur le tapis du salon ou dans un lieu “public”*, en  club ou en soirée qu’elle soit dédiée ou non au SM. On peut pratiquer à deux, à trois ou en groupe avec n’importe quelle configuration Domina.nt.s / soumis.es …

Suite »

LYKAIA – conte de fée BDSM

J’aurais pu facilement passer à côté de Lykaia. Notamment parce que je ne connais pas DOA, son auteur. Mais lorsque j’ai vu apparaître ce livre sur mon mur Facebook, il m’a interpelé. D’une part à cause de son thème (un conte de fée BDSM), d’autre part parce qu’il a été influencé par Divine Putain.

Suite »

[Les rôles] revenons aux bases

L’article le plus lu de ce site et celui sur les rôles. C’est assez logique pour un site qui s’adresse avant tout à un publique « novice ». J’ai donc envie d’aller un peu plus loin en détaillant certains de ces rôles. Mais avant tout, je souhaite rappeler quelques principes de base qui devront alimenter notre réflexion sur ce que nous sommes et comment nous inter-agissons avec les autres.

Suite »

Du Shibari, du sexe et de la douleur

Ces dernières années je n’ai pas eu connaissance de problèmes de consentement dans le milieu Bdsm a proprement parler. On pratique mais on sait à quoi s’en tenir : on sait que le feu ça brûle, que le fouet ça mord, que le couteau ça peut faire saigner. Les conséquences sont tellement évidentes qu’on a forcément conscience des risques (au moins physiques) liés à nos activités. Mais pour le Shibari il en va autrement…

Suite »

Vers un consentement actif et enthousiaste

Il faut revoir notre conception du consentement et adopter une posture active par rapport à ce qu’on désire. Il n’est plus question d’arracher un « petit » oui à son partenaire, mais d’exprimer ses envies de façon positive et sans ambiguïté. C’est le principe du consentement enthousiaste : Ne plus être dans le « est ce qu’il / elle va aimer » mais dans le « j’aimerais beaucoup que tu me fasse ça ».

Suite »
1 2 3 10