Faire des rencontres BDSM

A un moment donné de notre vie on a découvert que ce que nous aimions était « légèrement différent » de ce que la morale approuve. Et pour assouvir ces pulsions transgressives, nous avons voulu faire des rencontres. Nous rapprocher de partenaires de jeux « compatibles ». A première vue la chose n’est pas aisée, mais il existe plusieurs façon de l’aborder.

La « conversion » du partenaire vanille en est une. On peut lui proposer de pimenter un peu les moments intimes en testant par exemple la fessée comme un préliminaire. Dans certains cas votre partenaire pourrait y trouver goût. Mais dans la majorité des cas, avec un partenaire qui n’est pas réceptif, cela pourrait se solder par de l’incompréhension voir même du rejet. Personnellement je ne crois pas à cette solution. Le plus souvent, il sera plus utile de redéfinir les bornes du couple pour permettre à tous de s’y retrouver. Par exemple en introduisant une troisième personne qui pourrait venir compléter le couple.

Les partenaires « vanilles » étant par définition vanilles, vous pourriez être amené à chercher ailleurs et vous tourner vers des sites de rencontre SM en ligne : Le marché aux esclaves ou BDSMSutra par exemple. Idéal pour faire rapidement des rencontres puisque ces sites proposent des mises en relation directes avec des partenaires potentiels . Les recherches peuvent se faire selon des critères de sexe, d’âge, d’orientation sexuelle, de rôle, de fetichisme. Ces sites fonctionnent bien surtout si vous êtes une jeune soumise. De façon assez surprenantes il est aussi possible de faire des rencontres Kinky sur des sites plus classiques, dans ce cas là soyez clair dans votre présentation et utilisez les bons mots clefs pour indiquer vos goûts à vos potentiels partenaires. Dans tous les cas soyez encore plus vigilant que lors de rencontres classiques : rien ne vous empêche d’organiser votre premier rendez-vous dans un lieu publique. Et si vous comptez vous livrer à un quasi inconnu, rien ne vous empêche de vous faire accompagner, ou a minima d’indiquer à une personne sûr ce que vous comptez faire et avec qui.

À l’opposé Fetlife n’a pas été conçu comme un site de rencontre en ligne. C’est un réseau social dont la plus petite maille de recherche est la région. On peut à la limite voir l’ensemble des kinksters autour de nous. Mais il est impossible de les trier par sexe ou rôle par exemple. Le site permet de se mettre en relation avec d’autres « kinksters » mais ce manque de fonctionnalités est un choix des créateurs du site qui souhaitent mettre en avant le côté social plus que le côté rencontres. Ils proposent pour cela de participer facilement à des groupes de discussion ou à des événement IRL. Le site permet notamment d’être informé des munchs et des événements organisés par la communauté locale.

Les munchs sont des rencontres dans des lieux publiques (souvent des bars), sans pression ni dress code, et qui permettent un premier contact avec la communauté. Ils sont ouverts à tous, novices ou expérimentés, sans aucune ségrégation. L’idéal pour rencontrer des gens surtout lorsqu’on n’est pas sûr de soi. L’occasion de constater que les communautés BDSM peuvent aussi être jeunes, dynamiques et ouvertes. Nous apprécions tout particulièrement les munchs qui nous ont permis de faire beaucoup de belles rencontres.

Les possibilités de faire des rencontres sont donc nombreuses, que ce soit IRL ou en ligne.

Un commentaire

Laisser un commentaire