Le plaisir de l’humiliation 

L’humiliation est le sentiment de quelqu’un qui est atteint dans sa fierté, sa dignité, son amour propre, et le sentiment de honte qui en résulte. Dans le cadre du BDSM l’humiliation est une pratique consensuelle parfois pratiquée dans un contexte sexuel, durant laquelle une personne éprouve du plaisir des sentiments d’humiliation. Certaines personnes ont d’ailleurs besoin de se sentir humiliées pour ressentir du plaisir sexuel et atteindre l’orgasme.

 

L’humiliation peut être verbale ou physique, publique ou privée, demandée par le soumis ou  prendre la forme d’une punition donnée par le dominant. Le but côté soumis est le dépassement de soi et de ses limites : Transformer la peur et la honte en plaisir. La présence du Dominant rassurera et aidera à surmonter cette honte.

Attention à ne pas confondre l’humiliation dans un cadre sain, sûr et consensuel et l’humiliation subie dans une relation abusive. Cela peu paraître paradoxale, mais en humiliant son soumis, on a pour but de le faire grandir de lui donner du plaisir mais en aucun cas de le détruire, ni physiquement, ni mentalement.

Les pratiques liées à l’humiliation sont nombreuses et diverses. On peut citer entre autre  :

  • Des références dégradantes et des abus verbaux tels que « gros », « moche », « stupide », « bon à rien »…
  • Des insultes telles que « pute », « salope »…
  • L’éjaculation faciale, la défection, le crachat, les gifles sur le corps du dominé, spécialement sur le visage.
  • L’exécution des tâches ingrates ou abusives, telles que nettoyer le sol avec une brosse à dent.
  • L’ondinisme : Empêcher le soumis d’uriner, l’obliger à s’uriner sur lui-même. Uriner sur le soumis. 
  • Un comportement de servitude dégradante tel que marcher à quatre pattes derrière le dominant, ne parler qu’une fois l’ordre reçu, obéir, manger les restes (parfois à même le sol)
  • Le rabaissement en tant que marchandise humaine ou animal. (On humilie le soumis, le forçant à manger de la nourriture pour les animaux et de boire dans une gamelle d’eau. (A ne pas confondre avec le PetPlay où le plaisir de se comporter en animal).
  • La domination financière (plan DAB) dans laquelle habituellement le soumis (ou « esclave monétaire ») offre des cadeaux ou de l’argent à son dominant.
  • La féminisation peut-être aussi être considérée comme une dégradation.

La présence de public est une dimension importante dans l’humiliation : on peut  par exemple aimer se mettre nu devant son dom, et avoir honte de le faire devant les inconnus. Le dominant peut alors jouer sur ce sentiment et exhiber son soumis.

 

Certaines pratiques, comme le pet play ou la forniphilie peuvent à priori être considérées comme humiliantes. Je les classerai plutôt dans le domaine de la discipline.  Mais tout dépend du but qu’on veut atteindre avec ces pratiques et c’est ici l’intention qui compte. Pour certains la pose d’un collier peut-être une humiliation. Ca peut être complètement l’inverse, les soumis(es) étant avant tout fiers de porter les signes extérieurs de leur soumission.

L’humiliation est donc un outil dans la mallette du parfait Dominant. Une dimension qui n’est appréciée ni par tous, ni même avec tous.

 

Laisser un commentaire