Subspace, subdrop et aftercare

Le subspace, le subdrop et l’aftercare sont trois étapes que peuvent traverser les soumis pendant et après une séance bien menée. Le subspace est un état de bien être où plus rien n’existe en dehors du lâcher prise. Cet état est parfois suivi par une étape de dépression d’autant plus importante que la session à été intense. L’aftercare est le moment privilégié qui sonne la fin de la séance et qui permet au dominant et son soumis de revenir en douceur à la réalité.

Le subspace

On pense souvent aux conséquences physiques du BDSM, moins à ses aspects et à ses effets psychologiques. Le subspace en est un. Il n’est pas automatique, ne se déclenche pas de la même façon pour tout le monde et ne prend pas la même forme chez chaque personne.

Certains parlent d’un état hypnotique dû à la saturation des sens et à la production d’endorphines. C’est l’état du soumis, lorsque la contrainte, la douleur, et le plaisir lui permettent de passer en « pilotage automatique » et de ne plus s’inquiéter de rien d’autre que des sensations. Cet état peut simplement naître dans les cordes sans aucune autre forme de douleur.

Le soumis entre dans une bulle, ou plus rien n’existe à part la scène et son dominant. Il oublie alors la douleur, ses problèmes, l’endroit où il se trouve parfois. C’est un état de grâce, mais un état dangereux : anesthésié par les endorphines il pourrait aussi être incapable de signaler un problème physique et même d’utiliser son safeword.

Avec les effets provoqués par la douleur, la plénitude liée au lâché prise et à la soumission, le subspace est un état recherché par beaucoup de soumis. Mais une telle montée implique une redescente : le drop, ou subdrop.

Le (sub)drop

À la fin de la séance et l’arrêt de la production d’hormones le soumis peut être fatigué, avoir froid et avoir du mal à revenir à la réalité. C’est le moment de la redescente. Le drop ne touche pas seulement les soumis. Après une séance intense, fatiguant mentalement et physiquement le dominant peut également connaître des sensations proches de son soumis.

En général cette descente ne va pas durer longtemps mais en fonction de l’intensité et de la durée de la séance, une légère dépression peut se prolonger sur quelques heures, voir même sur quelques jours. Pour amortir cette chute, les sessions ne doivent pas se terminer de façon abrupte. Le dominant doit continuer à accompagner son soumis. C’est le moment de l’aftercare.

Ligatio et Lizanne

L’aftercare 

En règle général, les sessions publiques ont tendance à être moins intenses que le jeu en privé, surtout quand les participants se connaissent peu. Quoi qu’il en soit et dans tous les cas le moment de l’aftercare est important et ne doit pas être négligé.

Les premiers gestes du dominant s’orienterons vers le bien-être physique de son partenaire. Pensez à l’après séance, préparez une couverture, de quoi boire, pourquoi pas un peu de chocolat et prenez du temps avec votre soumis. Il peut-être désorienté, avoir du mal à se tenir debout. C’est un moment où il aura vraiment besoin de vous, si possible dans un endroit confortable et calme.

L’aftercare se résume par la volonté de passer assez de temps avec son soumis pour qu’il retrouve toutes ses capacités et se sente assez bien pour vous quitter en toute sécurité. Le drop peut-être ressenti par les soumis comme par les dominants. C’est  aussi un moment  important pour eux. Après la séance quel que soit votre rôle, vous pourrez encore connaître un « spleen » résiduel. Prenez le soleil, voyez des gens, prenez un bain …  parlez de ce que vous avez fait si vous en avez la possibilité. En temps que dominant prenez des nouvelles de votre soumis.

Le SM est une pratique intense. Des shoots de plaisir. Des moments à part. Un voyage pour lequel il faut se préparer pour l’aller comme pour le retour.

N.B : le masculin est utilisé ici par simplicité lorsque il s’agit de soumis ou de dominants. Cette convention n’est pas excluante, les exemples données s’appliquent quels que soit le genre et le rôle.  


Un commentaire

Laisser un commentaire