L’importance de la communauté 

Il y a un moment dans notre vie où on a prit conscience et où on a accepté nos « déviances ». Au point d’avoir envie de les partager avec d’autres, pour se rassurer et pour évoluer. C’est à ce moment là que nous nous sommes mis à rechercher la compagnie de nos paires au sein de la communauté BDSM.

Il n’y a pas « une » communauté, mais « des » communautés. Des groupes de gens se retrouvant autour d’intérêts communs et desquels ont peut se rapprocher. Que nous soyons, csp+, LGBT, âgé de + de 50 ans ou de – de 25 nous aurons toujours tendance à rechercher la compagnie de ceux qui nous ressemblent et nous comprennent. Certains préféreront des contacts virtuels d’autres passeront le pas et se rendront à un événement public. Nous vivons un moment où rien n’est plus simple que de rentrer en contact avec des gens et ce serait dommage de rester isoler. 

Intégrer une communauté c’est d’abord ne plus être seul. Être accepté comme on est et ne pas s’inquiéter du regard des autres. Ça nous permet de rencontrer des gens, d’échanger sur les pratiques et d’apprendre. Ça permet également d’avoir des perspectives différentes de personnes qui sont dans le milieu depuis longtemps (parfois des décennies) et qui peuvent avoir un point de vue très intéressant.

La communauté c’est aussi une sécurité. Le  (grand) nombre de personnes qui la constitue assure un équilibre et exclue de fait les membres qui pourraient être dangereux ou extrêmes. Elle offre la possibilité de pouvoir se renseigner sur les personnes avec qui on veut pratiquer, ou les lieux où on a envie de jouer. Se renseigner sur les pratiques elles-mêmes, pour faire les choses mieux et de façon plus sûres. Et avoir la possibilité de découvrir tant d’autres choses qu’on ne connaît pas encore.

Malgré les retours négatifs qu’on peut en avoir, le site Fetlife est bien plus qu’un site de rencontre. C’est à mon avis le meilleur outil pour  faciliter la formation de communautés (bien qu’on puisse aussi en trouver sur d’autres réseaux sociaux comme Facebook). Le site permet de rejoindre des groupes et de lire les postes sans pour autant avoir besoin d’y répondre. Il propose également une grande variété de sujets qui permettent de se documenter facilement, et éventuellement de rentrer en contact avec les personnes concernées.

Les Munchs sont des moments privilégiés pour intégrer une communauté : Ce sont des rencontres dans des lieux publics, sans dress code particulier, sans pression. Ce sont donc avant tout des moments  pour rencontrer des gens « en vrai » et discuter de choses et d’autres, pas seulement les choses kinky. On boit, on mange. On écoute surtout. On se rend compte que les gens qui nous entourent sont comme nous, même s’ils ne font pas les choses comme nous (car on fait tous les choses à notre façon).

Jane Birkin et Serge Gainsbourg

Il est donc important que les communautés BDSM existent et qu’on puisse y avoir accès facilement. Elles permettent de faire son chemin dans le BDSM de se trouver, rencontrer des gens et développer ses capacités en toute sécurité.

Laisser un commentaire