Le 24 juillet : Journée Mondiale du BDSM

Depuis une dizaine d’année le 24 juillet est devenu la journée mondiale du Bdsm. Une initiative née dans le club Bdsm rosa5 en Espagne. Le 24 juillet en référence au 24/7, non pas une mode, mais un style de vie pratiqué 24 heure sur 24 et 7 jours sur 7. En plein milieu de l’été c’est le bon moment pour se renseigner sur ce que peut être vraiment le Bdsm et pourquoi pas le découvrir lors d’un événement IRL. Et pour nous qui sommes déjà « dans le game » l’occasion de réfléchir à l’evolution nos pratiques.

La période estivale est un moment où on a en général plus de temps. On peut donc explorer une littérature érotique Bdsm (réelle ou fantasmée) foisonnante. On peut aussi se renseigner sur ce qu’est vraiment le Bdsm ou du moins ce qu’il peut-être dans la vrai vie. On pourra ainsi se perdre dans les différents groupes du site anglo-saxon Fetlife, source intarissable d’informations et de témoignages, comme par exemple Le coin lectures BDSM qui lui est en français.

C’est aussi une période propice à l’introspection. Une coupure dans notre vie quotidienne. Le moment de se poser des questions sur ce qu’on est, ce qu’on aime et ce qu’on a envie. Le moment de faire ou refaire le Bdsm test. Se découvrir et se voir évoluer. Le Bdsm permet de donner et de recevoir du plaisir mais il permet surtout d’être soi-même, dans une société où l’on joue un rôle au quotidien.

C’est également une période propice à l’expérimentation : même si les événements sont moins nombreux au cœur de l’été, il est plus facile de franchir le pas sur son lieu de vacance, dans une autre région de la France ou un autre pays et découvrir le Bdsm « en vrai ». On est plus détendu et on risque alors moins de tomber sur un collègue de travail. C’est une période où on découvre en général de nouveaux styles de vie, de nouvelles gastronomies, donc pourquoi pas de nouvelles pratiques ?

Le Bdsm n’est pas une cause mais il mérite d’avoir sa journée. Une journée pour réfléchir à ce qu’on est, à ce qu’on veut. Une journée pour pratiquer. Une journée pour mettre en lumière des pratiques sûres, saines et assez éloignées des clichés mainstream actuels.

Un commentaire

  • Bonjour, merci pour votre blog.
    On y trouve moult informations (comme sur encordees.com).
    J’ai pas mal exploré pendant un bon moment les sites type « marché des esclaves », bdsmsutra … le problème est lié à l’anonymat compliqué à définir, aux risques et aux faux profils.
    Et puis j’ai découvert le « bdsm IRL » avec ma compagne, celle de ma vie. Ce qui rend le virtuel assez fade finalement. Votre blog est donc d’autant plus intéressant car « fédérateur ». Je viendrais peut être un jour à fetlife (mais je suis rétif car il faut apparemment donner un N° de tél et là c’est non).
    Bonne continuation
    Toine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.