[Les rôles] revenons aux bases

L’article le plus lu de ce site et celui sur les rôles. Il est suivi de près par l’article sur les BDSM test et le petit lexique BDSM. C’est assez logique pour un site qui s’adresse avant tout à un publique « novice ». J’ai donc envie d’aller un peu plus loin en détaillant certains de ces rôles. Mais avant tout, et au risque d’enfoncer des portes ouvertes j’ai envie de rappeler quelques principes de base qui devront alimenter notre réflexion sur ce que nous sommes et comment nous inter-agissons avec les autres.

Qu’est ce qu’un rôle ?

Une relation d’échange de pouvoir est asymétrique : elle implique deux personnes, actrices toutes les deux, chacune à leur manière. Dans cette relation, les deux protagonistes auront une posture particulière. Un rôle à jouer. Par exemple l’un prendra les rennes. Il mènera les séances et guidera son partenaire. L’autre lui fera une confiance aveugle. Lui obéira au point de lâcher prise complètement. Au delà de l’étiquette, c’est une indication que l’on donne à l’autre sur ce qu’on est prêt à faire dans une relation.

Il n’y a pas de hiérarchie dans les rôles :

Il n’y a pas un rôle supérieur à un autre. Dans la société occidentale actuelle, il est facile de considérer qu’être étiqueté comme dominant nous place au dessus de ceux qui ne le sont pas. Mais c’est une erreur. On n’est pas plus faible quant on se soumet à l’autre. Ça n’est pas mieux d’être sadique plutôt que masochiste. C’est surtout une approche différente des mêmes pratiques.

Les rôles ne sont pas figés :

Parce que la société nous dit que la domination est la posture à adopter, on aura plutôt tendance à se croire dominant (surtout si on est un homme blanc, quadra cis-genre). Mais si on s’écoute et si on laisse de côté les préjugés sociétales on s’essayera à d’autres positions dans l’échange de pouvoir. Et on pourra avoir tôt fait de se désigner autrement, et s’attacher à un rôle qui nous correspond mieux. La découverte des différentes possibilités du SM peut nous amener à nous questionner, à nous découvrir, à nous redéfinir. Et comme nous évoluons, notre rôle, lui aussi peut évoluer.

Les rôles ne sont pas exclusifs : 

On peut adopter des « postures » différentes dans le temps, ou selon ses partenaires : on peut se soumettre à quelqu’un et dominer un autre de ses partenaires. On peut être dominant et masochiste, Soumise et poney girl … Et puis on peut switcher et passer d’un rôle à l’autre, que ce soit avec la même personne ou un autre partenaire de jeu.

Il faut casser les stéréotypes. Les rôles sont indispensables pour se situer dans une relation BDSM. Mais il n’y en a pas de rôles meilleurs que d’autres. Il n’y a que des rôles qui nous correspondent mieux. Des rôles qui nous sont plus naturels à endosser. Et surtout, des rôles qui nous donnerons plus de plaisir et de satisfaction.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.