Les bâillons : pour (ne pas) faire taire son partenaire.

Le bâillon est un objet assez courant dans l’imagerie populaires. Dans beaucoup de films d’action les prisonniers sont attachés et souvent bâillonnés. Ils sont alors à la merci de leur ravisseur (jusqu’à ce que le héros de l’histoire vienne le libérer). Le dominant a le pouvoir sur le ligoté. Le soumis est sans défense, à sa merci. Pas étonnant que certains de nos fantasmes soient construits autour du bondage et des bâillons. Et que Betty Page devienne une égérie Kinky des années 50

Anatomie du bâillon

Foulard, corde, culotte … tout ou presque peut servir de bâillon. Le ball gag ou bâillon boule est un objet emblématique du BDSM. Il oblige le soumis à ouvrir grand la bouche et l’empêche de la refermer. Le dominant contrôle ainsi son partenaire en le plaçant dans une position contraignante et inconfortable. On trouve toutes sortes de ball gags : Ils peuvent être de tailles et des matières variées, plus ou moins dures, plus ou moins grosses. On trouve également de nombreuses déclinaisons avec les O rings, les mors, ou des équipements plus compliqués en cuir, en métal ou en latex, qui permette de remplir une bouche ou de la maintenir grande ouverte.

Humiliation et lâcher prise

La contrainte n’est pas le seul intérêt du bâillon boule. Le bâillon empêche de parler, (mais pas d’émettre certains sons). Il empêche également de déglutir. La salive va donc finir tôt ou tard à s’écouler le long de la bouche de celui, ou celle qui le porte. Elle va alors couler par terre, ou sur son cou, sa poitrine… L’hypersialorrhée est une paraphilie. En d’autres terme si cette description vous excite, c’est tout à fait normal. Le bâillonné connaît alors un sentiment d’impuissance et de perte de contrôle. La honte de ne pas arriver à retenir ses fluide. La honte de baver et d’être « souillé·e ». Ou bien encore, parce que la bouche ne peut plus être fermée, un approfondissement du sentiment d’être offert·e. Finalement, le but est de dépasser cette honte, ce sentiment d’être offert et de lâcher prise.

Quelques conseils :

  • Commencez petit. Une boule trop grosse ne rentrera pas dans toutes les bouches.
  • Attention également, les boules trop dures peuvent également abîmer les dents. Débutez avec des matières plus douces comme le silicone.
  • Certains modèles se clipsent et permettent un nettoyage plus facile du bâillon.
  • Si tout se passe bien votre partenaire sera dans l’incapacité de prononcer un safe-word. Prévoyez un « geste de sécurité ». (Le soumis peut par exemple garder un objet en main et le laisser tomber en cas de problème).

Le bâillon est un accessoire à la fois simple à se procurer et simple à utiliser. Il n’en reste pas moins un outil puissant dans une relation D/s, ou lors de simples jeux BDSM.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.